requinquer

requinquer

requinquer [ r(ə)kɛ̃ke ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1578 au p. p.; pour reclinquer « redonner du clinquant », rad. onomat. klink-; aussi reclinquer « réparer une barque » (1382), du holl. klink
Fam.
1Redonner des forces, de l'entrain à (qqn). Cette semaine à la montagne l'a requinqué. ragaillardir, remonter, retaper. « Ça, ça me requinque un peu, cette idée qu'elle [la morte] se desséchera petit à petit, qu'elle finira par de la poudre » (Queneau). Absolt Un verre de vin, ça requinque.
2Pronom. (1611) Se requinquer : reprendre des forces, retrouver sa forme, sa bonne humeur. Il s'est bien requinqué. P. p. adj. La voilà toute requinquée.

requinquer verbe transitif (mot picard, variante du moyen français clinquer) Familier Donner à quelque chose une meilleure apparence : Requinquer sa boutique. Redonner à quelqu'un des forces, du courage. ● requinquer (synonymes) verbe transitif (mot picard, variante du moyen français clinquer) Familier Donner à quelque chose une meilleure apparence
Synonymes :
- retaper (familier)
Redonner à quelqu'un des forces, du courage.
Synonymes :
- ragaillardir (familier)
- ravigoter (familier)
- réconforter
- rétablir

⇒REQUINQUER, verbe trans.
A. — Pop., fam., vieilli
1. a) [Le compl. d'obj. désigne une pers.] Habiller quelqu'un de neuf. C'était bien aussi mon idée de requinquer Musette quand Médicis m'aura payé (MURGER, Scènes vie boh., 1851, p. 189).
b) Empl. pronom. S'habiller de neuf, soigner sa mise (en général d'une manière affectée). Nous sommes en toilette; car enfin, pour aller chez une comtesse, il faut bien se requinquer un peu (KOCK, Compagn. Truffe, 1861, p. 109). Mais pourquoi se requinquait-elle de la sorte, désormais, portant un magnifique châle jaune à palmettes et un chapeau de paille noire sur son bonnet du pays (POURRAT, Gaspard, 1922, p. 168).
Se requinquer de. Une redingote et un chapeau gris, dont chacun d'eux se requinqua (BALZAC, Œuvres div., t. 2, 1832, p. 475).
Part. passé en empl. adj. Les hommes y sont vraiment des hommes, et non point de ces petits messieurs « requinqués » de Paris (GUÉHENNO, Jean-Jacques, 1950, p. 265).
2. [Le compl. d'obj. désigne une chose] Redonner une belle apparence à quelque chose. [Gérard] aura requinqué la vieille bâtisse, et il ne l'habitera pas un an (BOURGET, Drame, 1921, p. 93). Pour finir, Sylla s'adressant à Jupiter, le supplia humblement de recevoir tous les cadeaux qu'il lui apportait et destinés à requinquer et ragaillardir le délabrement de son auguste demeure (L. DAUDET, Sylla, 1922, p. 192).
B. — Fam., cour.
1. a) Redonner des forces, rendre la santé à quelqu'un. Synon. ragaillardir, remonter (fam.), retaper. Tranquillise-toi, ma fille, on va te requinquer, et tu iras bientôt danser avec ton galant (...) il se mit à rédiger minutieusement une longue ordonnance, où il prescrivait du repos, des fortifiants, une bonne nourriture (MOSELLY, Terres lorr., 1907, p. 148).
P. métaph. Peut-être aussi faut-il supposer que Pradonet a des difficultés et qu'il compte sur une assurance qui lui permettra de requinquer ses affaires? (QUENEAU, Pierrot, 1942, p. 140).
b) Redonner du courage, de l'entrain à quelqu'un. Synon. fam. regonfler. Rien qui nous requinque plus que le salut de l'inconnu sur la route (RENARD, Journal, 1904, p. 906).
Part. passé en empl. adj. Synon. remis, regonflé (fam.), retapé (fam.). Parfois, de loin en loin, quand la nuit est vraiment belle, j'entends un rire lointain, je doute à nouveau. Mais vite, j'accable toutes choses, créatures et création, sous le poids de ma propre infirmité, et me voilà requinqué (CAMUS, Chute, 1956, p. 1547).
2. Empl. pronom. Reprendre des forces, retrouver la bonne humeur. Depuis sa convalescence, il s'est bien requinqué. Il aurait pu depuis longtemps se requinquer un peu en achetant une glace, mais ses vingt années de réclusion avaient fait de lui le contraire des enfants (MONTHERL., Célibataires, 1934, p. 844).
REM. Requinquant, -ante, part. prés. en empl. adj., fam. Qui redonne des forces, du courage. Synon. remontant. Une boisson requinquante, des propos requinquants.
Prononc. et Orth.:[], (il) requinque []. BARBEAU-RODHE 1930: se requinquer [-], [-]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) [1578 camus requinqué (s. réf. ds BL.-W.1-5)]; 1611 camus requinqué « dont le nez a le bout retroussé » (COTGR.); b) 1611 pronom. « se parer, s'attifer » (ibid.); 2. 1733 trans. « redonner de l'entrain à, remonter le moral de » (VOLTAIRE, Zaïre, Ep. dédicatoire à Falkener, éd. J. Guntzberger, p. 22); 1835 pronom. (BALZAC, Goriot, p. 272). Mot d'orig. incertaine, popularisé par une chanson, connue déjà au temps de François Ier, où l'on se moquait d'une vieille femme coquette cherchant à se parer comme une jeune, et dont le refrain était: « Requinquez-vous, vieille, Requinquez-vous donc » (cf. GAULTIER GARGUILLE, Chansons, éd. E. Fournier, pp. 31-34; BAYLE, Dict. hist. et crit., t. 10, 1820, p. 327; O. DOUEN, Cl. Marot et le psautier huguenot, t. 1, p. 709). Requinquer est donné par COTGR. comme pic., mais il était également connu en Provence et Languedoc (cf., dans la version toulousaine de la même chanson: « Requinque te vieillo, requinque te donc » 1578, ODDE DE TRIORS, Joyeuses recherches de la langue tolosaine, éd. P. Jannet, 1847, p. 23 ds G. GARGUILLE, op. cit., p. 33. Odde de Triors définit le langued. requinqua: « s'égayer, se reverdir » [en parlant de personnes habituellement tristes et taciturnes ou de vieillards], v. aussi MISTRAL, s.v. requinca et requinquiha). D'apr. BL.-W., requinquer pourrait être une altér. d'un anc. reclinquer (dér. de clinquer, v. clinquant) qui aurait signifié « se donner du clinquant »; d'apr. ROB., on pourrait également rapprocher requinquer du m. fr. reclinquier « reborder à clin (un bateau) » 1382-84, Compte du Clos des Galées de Rouen, éd. Ch. Bréard, p. 76 et parsim (cf. FEW t. 16, p. 332, s.v. klink). Fréq. abs. littér.:27. Bbg. SAIN Sources t. 1 1972 [1925], p. 198.

requinquer [ʀ(ə)kɛ̃ke] v. tr.
ÉTYM. 1578, p. p.; v. pron., 1611; altér. de reclinquer « redonner du clinquant », selon Bloch-Wartburg, rad. onomat. klink-, et aussi reclinquer « réparer une barque », 1382, du hollandais Klink; pour Guiraud, de re-, et clinquer, clincher, du lat. clinicare « faire pencher, incliner », antonyme de déclinquer. → Déglinguer.
Familier.
1 Vx. Rajuster dans sa toilette, redonner une belle apparence. || Requinquer qqn, l'habiller de neuf.Pron. || Il, elle essaye de se requinquer avant de sortir.Au p. p. :
1 (…) des bidets (…) peu dignes d'un officier bien ficelé et requinqué comme vous (…)
Stendhal, Lucien Leuwen, I, IV.
2 Mais toi, depuis que ces gens du pavillon t'ont requinquée, tu as l'air d'une impératrice.
Balzac, les Paysans, Pl., t. VIII, p. 174.
2.1 Il portait des vêtements luisants, pochés aux genoux et aux coudes, une cravate mal ficelée sur un col douteux, mais le chapeau, presque neuf, le requinquait un peu en lui donnant des airs de demi-solde.
M. Aymé, Travelingue, p. 38.
2 V. pron. Vx. || Se requinquer : prendre un air pimpant et des manières coquettes…; devenir orgueilleux et vain (Le Roux, Dict. comique, 1752).Être requinqué.
3 Le goût que je suppose à mon élève pour la campagne est un fruit naturel de son éducation. D'ailleurs, n'ayant rien de cet air fat et requinqué qui plaît tant aux femmes, il en est moins fêté que d'autres enfants; par conséquent, il se plaît moins avec elles, et se gâte moins dans leur société dont il n'est pas encore en état de sentir le charme.
Rousseau, Émile, III (note).
3 Mod. (Sujet n. de chose). Redonner des forces, de l'entrain à (qqn). || Ce steak saignant m'a requinqué. Absolt. || Un verre de vin, ça requinque (→ Ragaillardir, remonter, retaper).
4 — Ça, ça me requinque un peu, cette idée qu'elle (la morte) se desséchera petit à petit, qu'elle finira par de la poudre.
R. Queneau, Loin de Rueil, III, X.
——————
se requinquer v. pron.
ÉTYM. (1611).
Retrouver la santé ( Convalescence), reprendre des forces, retrouver sa forme, sa bonne humeur. || Il s'est bien requinqué.
——————
requinqué, ée p. p. adj.
|| La voilà toute requinquée.
5 Parfois (…) je doute à nouveau. Mais, vite, j'accable toutes choses, créatures et création, sous le poids de ma propre infirmité, et me voilà requinqué.
Camus, la Chute, p. 164.
DÉR. Requinquage, requinquant.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Нужна курсовая?

Regardez d'autres dictionnaires:

  • requinquer — REQUINQUER, se Requinquer, Se dit des vieilles qui se parent plus qu il ne convient a leur âge, C est une vieille qui se requinque. Il se dit aussi quelquefois des vieillards …   Dictionnaire de l'Académie française

  • requinquer — vt. , retaper, remettre sur pied, redonner des forces : arguingolyî, C. y arguingôlye <ça requinque> (Albanais.001, FON.), (a)rkinkâ (001) ; rèptâ su pi (001) ; rtapâ (001) ; rfére (001). Fra. Ça vous requinque un homme : é vo rfâ on n omo… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • REQUINQUER — (SE). v. pron. Il se dit Des vieilles qui se parent plus qu il ne convient à leur âge. C est une vieille qui se requinque. On le dit aussi, en général, De tous ceux qui se parent d une manière affectée. Il est ironique et familier. REQUINQUÉ, ÉE …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • REQUINQUER (SE) — v. pron. Réparer le désordre de sa toilette; Remonter sa garde robe; Se remettre d’aplomb, soit au physique, soit au moral. Il est familier. Le participe passé REQUINQUÉ s’emploie adjectivement. Il est tout requinqué. Il est familier …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • se requinquer — requinquer (se) (re kin ké) v. réfl. 1°   Terme familier et ironique. Se parer plus qu il ne convient, en parlant d une vieille. •   Requinquez vous, vieille, Requinquez vous donc, Vieille chanson, citée dans TALLEMAND, Histor. t. II, p. 6, édit …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • se requinquer — ● se requinquer verbe pronominal être requinqué verbe passif Familier. Se rétablir, reprendre des forces, du courage. ● se requinquer (synonymes) verbe pronominal être requinqué verbe passif Familier. Se rétablir, reprendre des forces, du courage …   Encyclopédie Universelle

  • retaper — [ r(ə)tape ] v. tr. <conjug. : 1> • XVIe; de re et taper I ♦ 1 ♦ Remettre dans sa forme (d abord, en donnant des tapes). Retaper un lit : défroisser la literie. 2 ♦ Réparer, arranger grossièrement; redonner superficiellement un aspect neuf …   Encyclopédie Universelle

  • ravigoter — [ ravigɔte ] v. tr. <conjug. : 1> • ravigotter 1611; altér. probable de ravigorer « réconforter » v. 1200; → revigorer ♦ Fam. Rendre plus vigoureux, redonner de la force, de la vigueur à. ⇒ ranimer, raviver, revigorer. Boisson qui ravigote… …   Encyclopédie Universelle

  • requinquage — [ʀ(ə)kɛ̃kaʒ] n. m. ÉTYM. 1904; de requinquer. ❖ ♦ Fam. Action de requinquer; son résultat …   Encyclopédie Universelle

  • American Dreamz — est un film américain réalisé par Paul Weitz, sorti en 2006. Sommaire 1 Synopsis 2 Fiche technique 3 Distribution 4 Autour du film …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”